IMG_1842

Ma projéniture ayant vécu quelques mois en Equateur (petit pays situé entre la Colombie au nord et le Pérou au sud) en tant que volontaire dans une exploitation agricole biologique - elle a participé notamment à la mise en place d'une couverture solaire et à la réalisation d'une unité de valorisation énergétique des déchets organiques - j'ai été amenée à mieux connaître ce pays et j'ai réalisé que les Equatoriens accordaient une grande place à l'écologie (le droit à l'environnement a été inscrite à la Constitution récemment).

Hors, hier, j'entends cette phrase à la radio :

"le monde nous a laissé tomber". C'est ainsi que s'exprimait, la veille, le Président de la République de l'Equateur, Rafael Correa, à la télévision équatorienne. Il ajoute "c'est la fin du projet YASUNI".

YASUNI, j'explique.yasuniBD

YASUNI,  Parc National d'Amazonie, situé au Nord-est de l'Equateur. Réserve de biosphère avec des espèces animales et végétables : un million d'hectares de plantes, d'arbres, de lianes, d'insectes, de perroquets, d' amphibiens,de reptiles, etc...  rares et protégés. Cette forêt primitive est une zone de mégadiversité, désignée réserve de biosphère par l'UNESCO en 1989. L'inventaire de cet écosystème est encore incomplet : le parc renfermerait des espèces encore inconnues sur notre planète. Les scientifiques qui y travaillent considèrent que c'est l'un des lieux les plus riches en biodiversité au monde. Des ethnies y vivent encore en autarcie en tant que chasseurs-cueilleurs (le peuple Huaorani).

Mais sous ce paradis dans les profondeurs du sous-sol ...... devinez quoi .... se cachent 846 millions de barils de pétrole ! Bénéfice 720 millions de dollars par an. Une aubaine pour un pays si pauvre! et bien non !

En 2006, le nouveau président élu, Rafael Correa, annonce une politique visant à rompre la dépendance du pays vis-à-vis  des compagnies pétrolières (essentiellement américaines et canadiennes) et élabore le projet YASUNI;

Le projet YASUNI est simple. Ne pas toucher à ce pétrole en échange d'une compensation économique versée par les pays riches afin de compenser le manque à gagner et mettre en oeuvre la création de moyens alternatifs. L'abandon des forages protégerait la forêt amazonienne et éviterait l'émission des gaz à effet de serre qu'aurait engendré l'exploitation du pétrole. L'état equatorien mettait ainsi à contribution les pollueurs, les puissances destructrices qui avaient signé le protocole de Kyoto : les pays riches s'étant développés et enrichis pendant une centaine d'années épuisant et polluant la planète.

Oui, mais voilà, cette proposition, pourtant soutenue par les Nations Unies, saluée des scientifiques, des personnalités comme Al Gore n'a pas obtenu la réponse attendue. Le Chili, l'Allemagne, l'Australie, la Belgique et d'autres petites nations ont envoyés leur obole, mais le montant nécessaire est loin d'être atteint. Seulement 0,39% de la somme escomptée a été versée. La somme (soit 3,6 millions de dollars) que voulait recevoir l'Equateur était de la moitié des recettes estimées émanant de ce pétrole non encore exploité. Beaucoup de pays ou de personnalité ont jugé que c'était un chantage à l'écologie : "paye ou je détruis".

Cancun

 

 

Estimant que la responsabilité de l'échec incombait aux pays riches, le président après 7 ans d'espoir de recevoir le montant nécessaire a jeté l'éponge en déclarant : "c'est avec une profonde tristesse, mais aussi avec une absolue responsabilité envers notre peuple et l'histoire que j'ai dû prendre l'une des décisions les plus difficiles de mon mandat, la fin du projet YASUNI". Le congrès doit valider la décision de Correa qui assure (quand même) que seule une petite portion serait exploitée.

Mais lorsque l'on sait la forpet vs consce du lobby pétrolier, je gage qu'il y a de quoi s'inquiéter. Affaire à suivre donc .....

http://yasuni-itt.blogspot.fr